Rhône-Alpes TV vod
08 June 2012

Accueil triomphal pour "Le Jour des corneilles"

De mémoire du délégué artistique Serge Bromberg, "on n'avait pas vu cela depuis Les Triplettes de Belleville" !

Jour des corneilles AP Annecy
Jour des corneilles AP Annecy © ©RAC

Mercredi soir 6 juin à 20h30, avait lieu la projection en avant-première mondiale du film de Jean-Christophe Dessaint "Le Jour des corneilles".

La projection s'est suivie d'une longue ovation en présence d'une partie de l'équipe qui a participé à cette grande aventure.

Produit par William Picot (Finalement) en coproduction avec le Canada, la Belgique, le Luxembourg, coproduit par Rhône-Alpes Cinéma, le film sortira, distribué par Gébéka le 24 octobre prochain dans de nombreuses salles.

 

 

Extrait du blog du Monde

En trois journées à Annecy, l'événement le plus marquant reste la première mondiale du Jour des corneilles, dessin animé français de Jean-Christophe Dessaint. Situé dans une campagne imaginaire, qui ressemble un peu à la France de Louis Pergaud ou Maurice Genevoix, Le Jour des Corneilles a été produit dans des conditions acrobatiques en allant frapper à toutes les portes financières imaginables, et en essuyant un certain nombres de refus. Il faut dire que le film ne ressemble à rien de connu, empruntant à Hayao Miyazaki quelques procédés narratifs et un peu de son graphisme pour ressusciter un courant assez peu présent dans le cinéma français, l'animisme, mêlant surnaturel et naturalisme.
Parmi les voix qui sortent de la bouche de ces personnages, il en est une qui étonne : un personnage de médecin de campagne parle comme Claude Chabrol. Ces répliques, enregistrées il y a plus de deux ans, seront la dernière manifestation à l'écran du réalisateur du 
Beau Serge.
Les projections d'Annecy ne ressemblent pas à celles des autres festivals. Sans doute parce que une bonne partie du public aspire à être sur scène, à la place des cinéastes qui présentent le film. Mercredi 6 au soir, Jean-Christophe Dessaint s'est souvenu qu'il y a quinze ans, il était tout en haut de cette grande salle, à lancer des avions de papier (un rite qui précède chaque projection). Peut-être parce que c'était le film de l'un des leurs, sûrement parce que 
Le Jour des corneilles est une réussite étonnante, la soirée s'est terminée par une ovation interminable.